Épitaphe

Inscription qui figure sur une tombe ou sur un monument funéraire. Le mot épitaphe a une éthymologie grecque. « Taphios » signifie « tombeau » en grec et épi signifie « sur ». L’épitaphe est donc littéralement ce qui figure sur le tombeau.
Nombreuses épitaphes commencent par les classiques « Ci-gît » ou « Ici repose » mais au cours des ans, de nombreuses personnes célèbres ou moins, se sont distinguées par des épitaphes hors du commun. Nous n’en citerons ici que quelques unes :
Epitaphe de William Shakespeare
Mon ami, pour l’amour du Sauveur, abstiens-toi
De creuser la poussière déposée sur moi.
Béni soit l’homme qui épargnera ces pierres
Mais maudit soit celui violant mon ossuaire

Epitaphe d’Alphonse Allais qui ne pouvait manquer un dernier calembour :
Ci-gît Allais - sans retour

Epitaphe rédigée par Victor Hugo dans Les Contemplations :
Il vivait, il jouait, riante créature.
Que te sert d’avoir pris cet enfant, ô nature ?
N’as-tu pas les oiseaux peints de mille couleurs,
Les astres, les grands bois, le ciel bleu, l’onde amère ?
Que te sert d’avoir pris cet enfant à sa mère,
Et de l’avoir caché sous des touffes de fleurs ?
Pour cet enfant de plus tu n’es pas plus peuplée,
Tu n’es pas plus joyeuse, ô nature étoilée !
Et le cœur de la mère en proie à tant de soins,
Ce cœur où toute joie engendre une torture,
Cet abîme aussi grand que toi-même, ô nature,
Est vide et désolé pour cet enfant de moins !

Retour au lexique