Le maintien à domicile en cas de perte d’autonomie

État des lieux de la perte d’autonomie en France

La perte d‘autonomie concerne près de 2,5 millions de personnes de plus de 60 ans en France en 2015, soit presque une personne sur 7 de cette tranche d’âge. C’est l’équivalent de toute la population de la région Centre Val-de-Loire. Or chez les plus de 60 ans, 9 personnes sur 10 souhaitent rester à domicile. Mais des obstacles peuvent s’interposer à la réalisation de ce désir presque unanimement partagé.

En effet, l’avancée en âge a des conséquences sur l’état de santé et peut se traduire par une perte d’autonomie partielle voire totale. On peut alors distinguer la santé physique de la santé mentale. Et on constate que la dégradation des capacités physiques est moins préjudiciable au maintien à domicile que la perte des facultés mentales de la personne. La différence se situe principalement au niveau de la difficulté de la prise en charge.

Quelles sont les aides pour maintenir une personne à son domicile ?

C’est donc la capacité de prise en charge qui détermine souvent le maintien à domicile (MAD). C’est pourquoi il est important de connaître les moyens à dispositions des personnes en perte d’autonomie. Ces informations sont aussi à destination des proches qui se trouvent parfois dans la situation de prendre eux-mêmes des décisions pour un membre de leur famille. En France, les moyens pour maintenir une personne à domicile se concrétisent par la mobilisation d’un ensemble de services et prestations qu’assurent différents organismes.

Les prestations concernent :

  • L’aspect médical : prodiguer des soins, assurer le suivi d’un traitement, préserver l’hygiène et le confort.
  • L’aspect pratique : prévenir les accidents domestiques, améliorer les lieux de vie par la prise en compte de la mobilité de la personne.
  • L’aspect économique : promouvoir les possibilités de prises en charge financières des services à la personne.
  • L’aspect administratif : accompagner les démarches de demandes d’aide nécessitant la constitution d’un dossier.
  • L’aspect service : mettre à disposition des personnes, notamment celles vivant seules, les aides à domiciles disponibles pour le quotidien.

Les organismes à contacter

Le maintien à domicile (MAD) est un dispositif coordonné grâce à l’intervention de plusieurs organismes consultables sur le Portail national d’information pour les personnes âgées et leur proche :

Service d'Aide et d'Accompagnement à Domicile (SAAD) :

  • Organisme public ou privé rattaché à un département
  • Intervention à domicile pour les tâches du quotidien (ménage, lessive, hygiène, préparation des repas, courses…)
  • Favorise l’aménagement du lieu de vie, aide au maintien d’activités physiques et/ou sociales

Services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) :

  • Intervention à domicile sur prescription médicale
  • Assurée par des infirmiers et aides-soignants
  • Prise en charge des soins du quotidien

Services polyvalents d'aide et de soins à domicile (SPASAD) :

  • Mise à disposition d’un interlocuteur pour la programmation des interventions des services SSIAD et SAAD et leur suivi, et afin d’orienter la personne en perte d’autonomie vers le service le plus adapté.

En dehors de ces services, il est possible de s’adresser aux dispositifs portés par l’Assurance maladie, les mairies, les départements et régions, ainsi que par les réseaux de soins. Ils ont pour mission également d’accompagner la mise en place des actions et des interventions de professionnels.

Pour aller plus loin : les services d’assistance des contrats obsèques

La responsabilité de la famille et des proches

Le rôle de la famille ou des proches est essentiel. Il garantit un climat apaisé lorsqu’interviennent des changements dans la vie des personnes en perte d’autonomie. Ils sont une écoute précieuse pour leurs parents qui doivent exprimer librement leurs besoins. Ils apportent une attention particulière à des détails de la vie quotidienne que les personnes âgées ne livrent pas toujours facilement.

Ils sont aussi force de proposition, comme pour l’abonnement à la téléassistance qui permet la mobilisation rapide d’un intervenant en cas d’urgence. Sachez aussi que les aidants familiaux peuvent bénéficier d’une assistance de professionnels de l’aide à domicile, mais attention, cette assistance ne peut pas remplacer l’aide familiale. Enfin, les familles sont sollicitées sur la partie financière lorsque la personne en perte d’autonomie ne peut assumer seule le coût des prestations.

Lorsque le maintien à domicile n’est plus possible

Selon le degré de perte d’autonomie d’une personne, la prise en charge des prestations comme la mobilisation de la famille atteignent leurs limites. Le maintien à domicile n’est plus la solution la mieux adaptée. Si les efforts consentis pour aider un parent à demeurer dans son domicile peuvent toujours se multiplier, l’entrée dans une maison de retraite ou dans un établissement spécialisé s’avère parfois un choix plus judicieux, même si beaucoup le repoussent en dernier recours.

Mais chacun doit avoir à l’esprit d’éviter une escalade des difficultés qui débouche trop souvent sur une situation de crise. Les établissements accueillant des personnes en perte d’autonomie présentent certains avantages qui pourront vous aider à concrétiser ce choix :

  • Une sécurité pour la personne intégrée dans un environnement protégé
  • Une présence médicale constante
  • Une prise en compte et en charge des attentes de la personne
  • Une vie en collectivité pouvant éviter une situation d’isolement

Pour aller plus loin : la Fondation MUTAC lutte contre l’isolement des personnes âgées