L’espérance de vie sans incapacité s’améliore

En France l’espérance de vie après 65 ans s’allonge régulièrement. Ces années supplémentaires de vie ne sont cependant pas toutes nécessairement vécues « en bonne santé ».

La DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques) publie chaque année un autre indicateur : l’espérance de vie sans incapacité. Elle correspond au nombre d’années qu’une personne peut espérer vivre sans être limitée dans les activités de la vie quotidienne. La dernière étude de la DREES vient apporter un éclairage positif sur l'évolution de l'espérance de vie sans dépendance. La dépendance étant mesurée par le fait de percevoir l’allocation personnalisée d’autonomie.*
En 2020, une femme de 65 ans peut espérer vivre 12,1 ans sans incapacité et 18,1 ans sans incapacité sévère ; un homme, 10,6 ans sans incapacité et 15,7 ans sans incapacité sévère. Ces mesures représentent un écart toujours présent de presque dix-huit mois entre les femmes et les hommes.

L’espérance de vie sans incapacité à 65 ans a crû plus vite que l’espérance de vie globale à 65 ans. 

Si l’espérance de vie augmente chaque année, il est à noter que ce temps supplémentaire est plus profitable. Ainsi, entre 2008 et 2020, l’espérance de vie sans incapacité à 65 ans a augmenté de 2 ans et 1 mois pour les femmes et de 1 an et 11 mois pour les hommes.

Une espérance de vie sans incapacité à 65 ans qui se situe au-dessus de la moyenne européenne.

En France, en 2019, l’espérance de vie sans incapacité à 65 ans était supérieure de 5 mois à la moyenne européenne.

Une qualité de vie que l’on espère continuer de voir s’améliorer sur les années à venir.