Respect des volontés

Comment faire connaître mes souhaits pour mes obsèques ?

Les volontés essentielles sont ce que l’on appelle communément les dernières volontés. On parle ici de la nature de obsèques: civiles ou religieuses. On parle aussi de mode de sépulture: l’inhumation ou la crémation. Dans le second cas, il s’en suit la destination des cendres: soit recueillies dans une urne puis déposées dans un colombarium, ou inhumée dans un caveau ou scellées sur un monument funéraire dans un cimetière. Les cendres peuvent aussi être dispersées dans un jardin du souvenir (que l’on trouve dans un cimetière), ou dans la nature (forêts, montagne ou sous certaines règles en mer).
Il est tout à fait possible d’ajouter à vos volontés vos préférences concernant le don d’organes et le don du corps à la science. Pour aller plus loin, vous pouvez noter vos souhaits en termes de marbrerie, de fleurs, de lieu même de tenue vestimentaire ou de musique à jouer. 

La législation en France permet à chacun de définir et d’exprimer ses dernières volontés. Cela concerne aussi bien sa fin de vie et ce que l’on appel l’acharnement thérapeutique, que l’organisation de ses obsèques ou encore sa succession.

Vous pouvez rédiger un testament holographique détaillant vos volontés d’obsèques que vous conserverez dans votre dossier obsèques. Vous pourrez transmettre un exemplaire de votre testament à toute personne susceptible d’intervenir dans l’organisation des obsèques, ou une personne de confiance.
Vous pouvez également exprimer vos volontés par acte sous seing privé ou par acte authentique, et les modifier quand elles ne seront plus appropriées.
Il est possible de déclarer vos volontés auprès des pompes funèbres que vous avez choisies pour vos funérailles. Dans tous les cas, votre personne de confiance devrait être mise au courant de l’identité de l’organisme.

Mes volontés seront elles respectées ?

Concernant vos obsèques, la loi du 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles exige que les volontés du défunt soient respectées.

Le non-respect par ses proches de ses dernières volontés (s’il est prouvé et reconnu), est passible d’une peine allant jusqu’à 6 mois d’emprisonnement, de 7 500 euros d’amende.

Pour être ainsi certain que ses volontés soient respectées, il est conseillé de les faire authentifier auprès d’un notaire. Vos volontés seront alors déposées au Fichier Central des Dispositions de Dernières volontés.